Archives de
Objet : Comédie

Le Nozze di Figaro / Les Noces de Figaro

Le Nozze di Figaro / Les Noces de Figaro

«Mozart, rapporte Da Ponte dans ses Mémoires, me demanda si je pourrais facilement mettre en drame la comédie de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro. La proposition me plut beaucoup et je le lui promis… Je me mis donc à l’œuvre, et à mesure que j’écrivais les paroles, il en composait la musique.» C’ est ainsi que deux ans après le succès de scandale qui fut celui de La Folle Journée, Le Nozze di Figaro furent jouées pour la première fois le 1er mai 1786 au Burgtheater de Vienne. Pour comprendre quel tour de force fut cette miraculeuse transposition, pour goûter la transparence de l’opéra et son insolence libératrice, il faut lire et relire le livret du bouillonnant Da Ponte. On découvrira alors que le Comte et Don Juan pourraient bien être parents, que l’angélique Comtesse se double d’une femme de chair, que Suzanne a des coquetteries cruelles… L’opéra s’achève. Le retour à l’harmonie des cœurs et du corps social semble triompher. À moins que ce ne soit l’ambiguïté des sentiments, l’indécision des êtres pris dans la vaste machinerie du désir ? Les Noces, opéra «d’une gaieté supérieure», opéra pessimiste.

 


Genre: Classique, Théâtre
Thèmes: Comédie, Musique
Théâtre I

Théâtre I

Mélite – La Veuve – La Galerie du palais – La Suivante – La Place royale – L’Illusion comique – Le Menteur – La Suite du Menteur

 «Corneille est établi dans les esprits comme un auteur de tragédies, qui aurait d’abord jeté sa gourme avec quelque verve et plus tard se serait deux ou trois fois délassé à des divertissements semblables, d’ailleurs sans grande portée. Ce mot de tragédie, comme un sombre soleil, noie de son éclat tout ce qui l’entoure. Or, on pourrait, avec moins de paradoxe qu’il ne semble, renverser la proposition : Corneille est un auteur de comédies héroïques, qui a réussi quelques pures tragédies et qui, porté par le succès, n’a persévéré dans cette veine que par une violence à son goût naturel» (Jean Schlumberger). Ce volume rassemble les comédies de Corneille (1629-1636), de Mélite à L’Illusion comique, en passant par La Veuve, La Galerie du palais, La Suivante, La Place royale et Le Menteur. Badinage, jalousie, malentendus et quiproquos, personnages en proie à l’inconstance amoureuse, couples qui se font et se défont au gré des intrigues qui se croisent… Ces pièces empruntent à la farce et à la pastorale, mêlent parodie et satire, jusqu’au feu d’artifice baroque de L’Illusion comique, «étrange monstre» selon Corneille.

Genre: Classique, Théâtre
Thèmes: Comédie
Le Mariage de Figaro

Le Mariage de Figaro

Le Mariage de Figaro est une comédie en cinq actes dans laquelle on retrouve, quelques années plus tard, les principaux personnages du Barbier de Séville. Dans la préface qui précède la pièce dès 1785, l’auteur définit ainsi l’intrigue de sa comédie :
« La plus badine des intrigues. Un grand seigneur espagnol [le comte Almaviva], amoureux d’une jeune fille [Suzanne] qu’il veut séduire, et les efforts que cette fiancée, celui qu’elle doit épouser [Figaro] et la femme du seigneur [la comtesse] réunissent pour faire échouer dans son dessein un maître absolu que son rang, sa fortune, sa prodigalité rendent tout puissant pour l’accomplir. Voilà tout, rien de plus. La pièce est sous vos yeux. »


Genre: Classique, Théâtre
Thèmes: Comédie
L’Île des esclaves

L’Île des esclaves

Des naufragés jetés par la tempête dans l’île des Esclaves sont obligés, selon la loi de cette république, d’échanger leurs conditions : de maître, Iphicrate devient l’esclave de son esclave Arlequin, et Euphrosine, de maîtresse, devient l’esclave de son esclave Cléanthis. Mais cet échange ne fait que remplacer une oppression d’usage et de tradition par une oppression de rancune et de vengeance. Seule la transformation des coeurs peut rendre l’inégalité des rangs acceptable et juste en faisant reconnaître par tous l’égalité des âmes. Cette transformation est l’œuvre d’Arlequin, qui pardonne à son maître, lui rend son pouvoir, et dont la générosité est contagieuse. L’Île des Esclaves, comédie rapide et intense, où triomphe Arlequin, réunit, comme souvent chez Marivaux, la bouffonnerie et le sublime.


Genre: Classique, Théâtre
Thèmes: Comédie, Philosophie